Le 27.04.2017 – Intervention de Président de la République d’Arménie Occidentale

De 1894 à 1923,  l’Arménie Occidentale fut le théâtre d’une scène des plus sanglantes de l’histoire de l’Humanité, la destruction physique systématique d’une des populations les plus anciennes et autochtones du monde, les Hays.

Ce génocide a entrainé avec lui l’anéantissement d’une civilisation qui, comme le constate les scientifiques et les généticiens, est à la source des plus grandes civilisations qui ont prospéré sur la planète.

Pour commémorer les martyrs de ce crime contre l’Humanité, en 1965 fut construit sur cette colline qu’on peut considèrè comme la petite Arménie Occidentale en Arménie Orientale, la forteresse des Hirondelles, un haut lieu de recueillement, de méditation et de mémoire.

Ce monument est composé de plusieurs parties :

  • une pointe de granite de 44 mètres de haut représente la renaissance de la nation arménienne. Cette pointe est divisée en deux parties, l’une couvrant l’autre, qui symbolisent les deux Arménies Orientale et Occidentale ;
  • douze stèles de granite sont disposées en cercle ; elles sont souvent et à tort considérées comme symbolisant les 12 provinces d’Arménie Occidentale. Au milieu, à 1,5 m de profondeur, la flamme éternelle est le lieu de recueillement.
  • le long de l’allée menant à la stèle et à la pointe, un mur long de cent mètres porte les inscriptions des principaux villages arméniens de l’Empire ottomandans lesquels ont eu lieu les massacres ;
  • plus récemment, depuis 1995, des personnalités politiques du monde entier plantent un arbre et signent leurs quelques mots sur une plaque dorée de l’autre côté de l’allée ;
  • en 1995 s’est également ouvert un Centre National de la Mémoire. On y trouve des clichés de photographes allemands (l’Allemagne était l’alliée de la Turquie pendant la Première Guerre mondiale) et plusieurs publications relatant les événements de l’époque. Un monument rappelle les paroles de grands hommes européens, comme Charles Péguy, Jean Jaurès, Georges Clemenceau, Anatole France, qui ont défendu les droits du peuple arménien.

Aujourd’hui le 27 avril 2017, le gouvernement de la République d’Arménie Occidentale a pris la décision d’organiser officiellement une cérémonie en ce lieu de mémoire voulant rappeler devant le monde entier les droits imprescriptibles de la nation arménienne à recouvrer la liberté, l’indépendance et la souveraineté de l’Arménie Occidentale.

Cette cérémonie rassemble  non seulement les membres du gouvernement de l’Arménie Occidentale, des représentants du gouvernement de la République d’Arménie, associés à des personnalités de la société civile, mais elle rassemble aussi des hauts dignitaires de différentes organisations arméniennes, des représentants officiels de minorités nationales et de populations anciennes de la région.

La cérémonie sera clôturée par la lecture d’une déclaration officielle[1].

Cette déclaration présentée aux différents Etats, et aux différentes organisations internationales est un message clair sans équivoque.

Il rappelle l’engagement officiel et formel des grandes puissances à la constitution d’un Etat sur le territoire de l’Arménie Occidentale dans le but de rendre aux Arméniens et aux diverses populations de la région leur droit à la paix, leur droit à exister, leur droit à leur culture, leur droit à s’autodéterminer, leur droit à se développer au même titre que tous les autres peuples de la planète.

Ce qui est une évidence pour nous, reste pour autant incompris par certains.

La spoliation de nos terres, de nos biens et de nos enfants, cette nation d’orphelin qui aujourd’hui exprime son droit à exister en tant que elle-même ne restera pas sans suite.

Nous sommes tous ici présent pour exprimer et témoigner de ce fait.

Pour la simple raison que nous sommes tous, chers amis, chers compatriotes, des enfants de l’Arménie Occidentale !